0 Item

0,00 € ex. VAT

See Cart / Checkout ->-

 
  PCKENT 2
    PCK2 PURCHASE
    PCK2 YEARLY SUB.
    PCK2 MONTHLY SUB.

  DIGITAL LIBRARY
    A LA RECH. DE LA SPÉCIF.
    DE PSY. À HOMÉO.
    FICHES MAT.MÉD.HOMÉO.
    HOMÉO NOURRISSON
  HOMÉO. BUCCODENTAIRE
    L'ÂME ET L'ESSENCE
    LE COEUR 3X HEUREUX
    MATIÈRE MÉD. BOERICKE
    MAT.MÉD.HOMÉO (GUER)
    MAT.MÉD.HOM. CIBLÉE
    MAT. MED. HOMÉO. VET.
    MATERIA MEDICA VIVA
    PRAT. HOMÉO. PSY. I
    PRAT. HOMÉO. PSY. II
    SYNOPTIC I
    SYNOPTIC II



HOMÉOPATHIE ET PATHOLOGIE
BUCCO-DENTAIRE

Author : Georges et Sylviane VINCENT

Description : Quel remède prescrire en cas d'hémorragie, de parodontite, d'abcès, d'éruption de dent de sagesse, de gingivostomatite, de névralgie...? Toutes les situations sont détaillées dans cet ouvrage aussi complet que pratique. De petits médicaments, très peu connus, mais bien spécifiques pour certains cas y sont présentés. De plus l'homéopathie peu rendre de grands services pour éviter un bon nombre d'accidents désagréables comme l'hémorragie, la nausée, l'appréhension, la lipothymie...

System : this digital book can only be viewed under the PCKent 2 software. It is NOT a paper book.

 

Price : 36,79 € ex. VAT
 
 

French Digital Book
(Viewable under PCKent only)


FRENCH DESCRIPTION

Table Des Matières

Préface

Première partie

Introduction

  • L'homéopathie : une arme de plus...
  • L'homéopathie : médecine de l'individu
  • Les remèdes homéopathiques

Les théories d'Hahnemann

  • Les miasmes
  • L'action du traitement homéopathique
  • Affections aiguës, maladies chroniques mais aussi prédisposition du terrain

Les remèdes de prévention

  • L'appréhension
    • Gelsemium
    • Ignatia ou argentum nitricum
    • Aconit
  • L'hémorragie
    • china, phosphorus, arnica
  • La lipothymie
    • sepia
  • La dévitalisation
    • arsenicum album
  • La nausée
    • Ipeca ou coccus cacti
    • Ignatia, nux vomica ou sepia

Les remèdes d'hémorragie

  • Le sang donne l'impression d'être chaud
    • belladona, etc.
  • Le sang est foncé, noir
    • China
    • Arsenicum album
    • Hamamelis
    • Crotalus horridus
    • Lachesis
    • Carbo vegetabilis, etc.
  • Le sang est rouge
    • Lachesis
    • Millefolium
    • Aconit
    • China
    • Phosphorus
    • Arnica
  • Les remèdes anti-hémorragiques occasionnels
    • Bovista
    • Kreosotum
    • Ipeca
    • Alumen
    • Erigeron, erechtites, melilotus, trillium pendulum
    • Sabina
  • Un remède de fond
    • Calcarea carbonica
    • Ferrum metallicum
    • Ferrum phosphoricum
    • Ferrum iodatum

Les remèdes de périodontite

  • La périodontite aiguë
    • Ammonium carbonicum
    • Mezereum
    • Sepia
  • La périodontite d'intensité moyenne
    • Nux vomica
    • Pulsatilla
    • Clematis erecta
    • Staphysagria
    • Sulfur
    • Lachesis
    • Lycopodium
    • Kali carbonicum
    • Alumina
    • Carbo animalis
    • Carbo vegetabilis
    • Phosphorus
    • Rhus toxicodendron
    • Bryonia
    • Guajacum
    • Verbascum
  • La douleur à la mastication
    • Chamomilla
    • Antimonium crudum
    • Magnesia carbonica
    • Natrum carbonicum
    • Natrum muriaticum
    • Spongia
  • Les odontalgies par les boissons froides
    • gymnocladus canadensis

Les remèdes de l'abcès

  • La sensation d'abcès
    • Ammonium carbonicum
    • Camphora
  • Le début d'abcès
    • Belladona
    • Ferrum phosphoricum
  • L'abcès proprement dit
    • Hepar sulfur
    • Silicea
    • Pyrogenium
  • L'abcès chronique
    • Mercurius
    • Calcarea sulfurica
    • Calcarea carbonica
    • Lachesis
    • Lycopodium
    • Causticum
    • Myristica sebifera
    • Siegesbeckia orientalis
    • Natrum sulfuricum
    • Ignatia
  • La persistance d'un gonflement
    • Causticum
    • Hekla lava
  • Un gonflement au palais
    • Paris quadrifolia
  • Une fistule gingivale
    • Fluoric acidum

L'accident d'éruption de la dent de sagesse

  • Les remèdes complémentaires
    • Cheiranthus
    • Hepar sulfur
    • Pyrogenium
    • Chamomilla
  • Les remèdes de trismus
    • Belladona
    • Strychninum
  • Les remèdes principaux
    • Calcarea carbonica
    • Silicea
    • Magnesia carbonica
    • Fluoricum acidum

Les remèdes de gingivo-stomatite

  • Les remèdes les plus courants
    • Mercurius solubilis ou cyanatus ou corrosivus
    • Arsenicum album
    • Lachesis
    • Nitric acidum
    • Natrum muriaticum
    • Carbo vegetabilis
    • Calcarea carbonica
    • Silicea
    • Phosphorus
    • Sulfur
    • Nux vomica
    • Hepar sulfur
    • Lycopodium
    • Carbo animalis
    • Carboneum sulphuratum
    • Plumbum
    • Graphites
    • Kreosotum
    • Kali phosphoricum
    • Rhus toxicodendron
    • Sepia
    • Kali iodatum
    • Petroleum
    • Causticum
    • Un remède de tendance aux aphtes.
    • Un remède de fétidité de l'haleine.
    • N'importe quel remède
  • Lla tendance aux aphtes
    • Borax
    • Sulphuricum acidum
  • La fétidité de l'haleine
    • Capsicum
    • Phytolacca decandra
    • Carbolic acidum
  •  Les saignements des gencives
    • Hamamelis
    • Trillium pendulum
    • Erigeron canadensis
    • Bovista
  • v. La perlèche
    • Nitricum acidum et condurango
    • D'autres remèdes
  • La tendance à l'accumulation de tartre
  • Les épulis
  • Les grenouillettes

Les remèdes de névralgie

  • Quelques remèdes de névralgie
    • Prunus spinosa
    • Saponaria
    • Cedron
    • Cinnabaris
    • Lobelia inflata
    • Spigelia
    • Kalmia
    • Causticum
    • Verbascum
    • Colocynthis
    • Thuya
    • Mezereum
    • Rhododendron
    • Magnesia phosphorica
    • Coffea
    • Stannum metallicum
    • Stramonium
    • Aurum
    • Platina
    • Zincum
  • Les remèdes de fièvre et de névralgie
    • Aconit
    • Belladona
    • Apis
    • Gelsemium
    • Ferrum phosphoricum
  • Le trismus et les grincements de dents
    • Le trismus
    • Les grincements de dents
    • Hyoscyamus

Les remèdes de traumatisme

  • L'urgence et les suites de traumatismes
    • Arnica
    • Calendula
    • Ledum palustre
    • Hypericum
    • Staphysagria
    • Ruta
    • Rhus toxicodendron
    • Calcarea carbonica
    • Calcarea phosphorica
    • Symphytum
    • Bellis perennis
    • Phosphorus
    • Conium maculatum
    • Lachesis
    • Cicuta virosa
    • Strontium carbonicum
    • Natrum sulphuricum
  • Les remèdes d'un état de choc
  • Les remèdes de la faiblesse des chevilles

La prescription

  • Le choix du remède
  • La première visite
    • L'interrogatoire
    • La répertorisation
    • Les doses
    • Les alternances de remèdes
  • Les précautions à prendre
    • Sulfur iodatum
    • Le degré de sensibilité des patients
    • L'inversion et l'aggravation médicamenteuse
  • Les réactions en cours de traitement
  • La deuxième visite
  • Les visites suivantes
  • Exemples pratiques
    • Premier cas clinique
    • Deuxième cas clinique

Les phanères

  • Les ongles
    • Magnetis polus australis
    • Teucrium marum
  • Les cheveux
  • Les poils

Deuxième Partie - quelques preuves expérimentales de l'activité des remèdes homéopathiques

  • Partie 1
    • Généralités
    • Mode de préparation des remèdes
    • Hautes dilutions et nombre d'avogadro
    • Preuves expérimentales de l'efficacité des hautes dilutions
    • Preuves expérimentales de la loi de similitude
    • Tentative d'explication de l'activité des hautes dilutions
    • Conclusions
  • Partie 2
  • Quelques expérimentations plus récentes
    • La structure du solvant
    • Le mode d'action du remède homéopathique


Introduction

L'HOMÉOPATHIE : UNE ARME DE PLUS...

« Similia similibus curantur » disait déjà Hippocrate à la fin du cinquième siècle avant notre ère.
L'homéopathie, médecine des semblables, permet au praticien d'élargir ses possibilités thérapeutiques, tout en s'efforçant de nuire le moins possible à ses malades.
Il est indiscutable que l'homéopathie a fait ses preuves, elle est pratiquée depuis près de deux siècles et des expériences scientifiques ont été réalisées apportant la preuve de son efficacité (v. deuxième partie).
Si l'allopathie était suffisamment efficace pour l'entièreté des cas qu'elle est susceptible de vouloir traiter, et aussi si elle était suffisamment inoffensive, il n'y aurait aucune raison pour qu'une partie du corps médical se mette à la recherche d'autres méthodes thérapeutiques.

Allopathie et homéopathie

L'arsenal thérapeutique allopathique peut répondre à de nombreux problèmes et le dentiste homéopathe est bien sûr toujours capable de s'en servir, puisque c'est cette thérapeutique qu'il a apprise en premier lieu.
Mais l'allopathie se montre dans certains cas inefficace et l'homéopathie est une arme supplémentaire pour venir en aide au patient et pour lui conserver le plus possible son capital dentaire. Elle est également indiquée chez les patients qui sont allergiques à certains médicaments. Il y a aussi des cas où les améliorations passagères obtenues par l'une ou par l'autre thérapeutique sont suivies de rechutes de plus en plus ennuyeuses, dans ces cas, l'homéopathie est mieux armée pour guérir cette tendance. Ainsi que je le répète volontiers : « Pour le praticien, quel qu'il soit, l'homéopathie est une flèche en or à ajouter à son carquois thérapeutique ».
L'homéopathie possède le grand avantage de pouvoir déjà agir favorablement et donc efficacement au tout début de l'affection, alors qu'on est toujours uniquement en présence de symptômes fonctionnels, les manifestations lésionnelles ne s'installant que dans la suite.
Elle est aussi une merveilleuse médecine préventive permettant d'éviter toutes sortes d'inconvénients désagréables qui peuvent survenir pendant ou après une intervention.
Dans les affections aiguës, l'allopathie se montre également efficace, clans la mesure où elle est bien supportée par le patient, mais il y a des cas qui récidivent constamment et à toute occasion, et alors le traitement homéopathique se montre plus intéressant.
Dans les cas chroniques, l'homéopathie donne de bons résultats tant que persistent des capacités réactionnelles du malade, car son action est de stimuler les réactions de défense de l'organisme.
Mais le praticien qui l'utilise doit en posséder une excellente connaissance, or, l'étude de cette discipline est difficile, compliquée, interminable.

L'homéopathie en odontostomatologie

Il faut insister sur le fait que le praticien homéopathe doit continuer à traiter ses patients, comme il l'a appris à l'université, il est toujours nécessaire de poser son diagnostic, d'effectuer des radiographies, de faire toutes les manipulations nécessaires, de pratiquer les soins locaux, etc. et de même pour le médecin, de pratiquer l'auscultation, les analyses ou tout moyen d'investigation nécessaire.
Le dentiste homéopathe effectue tous les travaux bucco-dentaires, détartrages, soins des caries, dévitalisations, etc. exactement de la même façon que ses confrères. Dans certains cas, il peut aussi avoir recours à la chirurgie, et pratiquer des apectomies, des extractions, etc.
Les traitements homéopathiques sont utiles pour des douleurs névralgiques dentaires ou faciales, des saignements intempestifs, une mauvaise haleine, des aphtes, des ulcérations, des gonflements inflammatoires, des fistules gingivales, etc. et aussi pour des abcès, des périodontites, des hémorragies, des gingivo-stomatites, l'accident d'éruption de la dent de sagesse, etc. et aussi pour prévenir différentes réactions désagréables aux manipulations dentaires.

L'HOMÉOPATHIE : MÉDECINE DE L'INDIVIDU

Quand le praticien aborde l'étude de l'homéopathie, il doit changer la conception qu'il se faisait auparavant du cas comme du malade.
En effet, le diagnostic de l'affection elle-même a moins d'importance que la façon dont réagit le patient devant l'agression nosologique dont il est l'objet, par exemple, si on a affaire à une gingivite, il est moins important de savoir si elle est érythémateuse, phlegmoneuse ou ulcéro-membraneuse, mais il est primordial de connaître les modalités de réaction du patient; celui qui s'agite, qui s'effraie, ne recevra pas le même remède que celui qui reste coi, bien calme, et qui prend son mal en patience; celui qui a toujours trop chaud et celui qui s'emmitoufle, celui qui désire manger ou boire, etc.
Il faut donc prescrire sur les symptômes du moment et sur la façon dont, réagit le patient.
L'homéopathie est avant tout une médecine de l'individu et, pour bien la pratiquer, il faut apprendre à bien connaître chaque patient, il faut étudier son comportement ainsi que la manière dont il réagit vis à vis des éléments extérieurs, de la maladie, mais aussi des médicaments, certains malades ne tolérant que difficilement l'action de remèdes trop haut dilués et trop souvent répétés, alors que d'autres demandent plusieurs répétitions du médicament à des dynamisations de plus en plus élevées.
...


Exemple

Les Remèdes d'Hémorragie

Qu'elles soient dues à une affection, à une tendance de l'organisme, à un accident ou à une opération, les hémorragies sont toujours désagréables et parfois difficiles à éviter ou à arrêter. Il est bien entendu qu'il n'est pas question ici du saignement où un vaisseau important serait concerné, qui survient la plupart du temps à la suite d'un accident grave et qui, bien souvent, est du domaine du chirurgien.
Comme nous l'avons vu au début, l'homéopathie est très efficace quand elle est donnée préventivement, comme par exemple en prévision d'une intervention chez un patient qui est sujet à des hémorragies post-opératoires.
Mais, comme chacun sait, tous les saignements ne sont pas nécessairement dûs à une intervention chirurgicale.
Dans la pratique journalière d'un cabinet dentaire, on peut avoir affaire à des hémorragies d'origines diverses. On rencontre aussi des gingivites que l'on peut qualifier de franchement hémorragiques (v. Les Gingivo-stomatites).
Voici un aperçu des principaux remèdes qui sont susceptibles d'être indiqués en cas d'hémorragie de la muqueuse buccale (v. aussi Les Saignements Des Gencives).

I. LE SANG DONNE L'IMPRESSION D'ÊTRE CHAUD

BELLADONA, etc.

  • BELLADONA : pour une hémorragie de sang bien rouge et qui donne l'impression au patient d'être très chaud, c'est BELLADONA qui est le plus souvent indiqué, surtout si on a affaire à une personne bien en chair qui, sans être obèse, respire la santé.
    Quelques granules de BELLADONA 6K ou 4 CH ou 5 CH arrêteront rapidement le saignement.
  • LAC CANINUM, ARNICA, BRYONIA, PULSATILLA sont moins souvent indiqués.
  • DULCAMARA est mentionné dans le répertoire de Kent, pour une épistaxis de sang chaud.
  • ARNICA est toujours utile si le saignement buccal ou nasal est dû à un coup ou à une chute.

II. LE SANG EST FONCÉ, NOIR

1. CHINA

CHINA, qui est un des plus importants remèdes d'hémorragies peut être indiqué aussi bien pour des écoulements de sang rouge foncé que de sang rouge brillant (v. Le Sang Est Rouge, ci-après).

2. ARSENICUM ALBUM

ARSENICUM ALBUM convient s'il s'agit d'une personne affaiblie, agitée et très anxieuse, et surtout si une odeur désagréable émane de la plaie et de la bouche en général. C'est la situation buccale en même temps que l'état d'excitation, de faiblesse, d'anxiété etc. qui doivent toujours diriger le choix du médicament
(v. Gingivo-stomatites).

3. HAMAMELIS

HAMAMELIS est indiqué pour un écoulement passif de sang veineux, et pour un patient qui est aggravé dans une atmosphère chaude et humide, qui a une mauvaise circulation veineuse et qui, par conséquent, est sujet aux varices et aux hémorroïdes, celles-ci étant en général grosses, bleuâtres et saignant facilement, notamment au cours de la défécation. Il faut ajouter que, lors d'un accident hémorragique, ce patient n'en est pas plus excité pour autant, à l'inverse évidemment du patient d'ARSENICUM ALBUM (v. Saignements Des Gencives).

4. CROTALUS HORRIDUS

CROTALUS HORRIDUS convient pour des écoulements profus de sang noir, lorsque le sang est très foncé et fluide, sans tendance à la coagulation, il est indiqué pour des états septiques où il y a une véritable désorganisation dans la composition du sang. Pour ce qui est de la diathèse hémorragique, on peut dire qu'il est à compter parmi les principaux médicaments car il peut saigner à partir des yeux, des oreilles, du nez, de la bouche, de l'estomac, des intestins, de l'utérus, des poumons, de la peau (purpura hémorragique, sueur sanguinolente, etc.), hémorroïdes saignantes, varices, etc.
Mais, le saignement mis à part, CROTALUS HORRIDUS a peu d'indications bucco-dentaires : on peut signaler une névralgie ciliaire avec des douleurs aggravées le matin et le soir, les paupières sont gonflées le matin, il y a grande sensibilité à la lumière (artificielle surtout), il y a souvent en même temps des céphalées frontales et occipitales, et des palpitations cardiaques au moment des règles. C'est aussi un remède de grincements de dents la nuit en dormant. Hering parle également d'une névralgie faciale de caractère sourd qui est chronique et périodique.

5. LACHESIS

LACHESIS peut avoir des hémorragies de sang noir ou de sang rouge (v. Le Sang Est Rouge, ci-après).

N.B. À propos des venins de serpent :
Il faut remarquer que tous les venins de serpent ont une influence néfaste sur la coagulation du sang; il n'y a que NAJA qui semble ne pas en avoir de même que VIPERA bien que ce dernier soit parfois un remède d'hématurie (Boericke). Ajoutons que la plupart d'entre eux ne supportent pas ce qui pourrait leur serrer le cou, notamment CROTALUS HORRIDUS et LACHESIS, remèdes chez qui on remarque souvent un tremblement de la langue.

6. CARBO VEGETABILIS, etc.

CARBO VEGETABILIS, NITRICUM ACIDUM, SECALE CORNUTUM, et d'autres peuvent encore convenir pour des écoulements de sang noir, mais ils sont nettement plus fréquemment indiqués dans des cas de gingivite (v. Les Gingivo-stomatites).