0 Item

0,00 € ex. VAT

See Cart / Checkout ->-

 
  PCKENT 2
    PCK2 PURCHASE
    PCK2 YEARLY SUB.
    PCK2 MONTHLY SUB.

  DIGITAL LIBRARY
    A LA RECH. DE LA SPÉCIF.
    DE PSY. À HOMÉO.
    FICHES MAT.MÉD.HOMÉO.
    HOMÉO NOURRISSON
    HOMÉO. BUCCODENTAIRE
    L'ÂME ET L'ESSENCE
    LE COEUR 3X HEUREUX
    MATIÈRE MÉD. BOERICKE
    MAT.MÉD.HOMÉO (GUER)
  MAT.MÉD.HOM. CIBLÉE
    MAT. MED. HOMÉO. VET.
    MATERIA MEDICA VIVA
    PRAT. HOMÉO. PSY. I
    PRAT. HOMÉO. PSY. II
    SYNOPTIC I
    SYNOPTIC II



MATIÈRE MÉDICALE
HOMÉOPATHIQUE CIBLÉE

Author : Max TÉTAU

Description : Au fil du temps, le travail et l'expérience de nombreux homéopathes ont permis de sélectionner les médicaments les plus utiles, les plus couramment prescrits et leurs symptômes les plus fiables. Cet ouvrage présente de manière précise et ciblée, les signes essentiels des remèdes essentiels. Dans une première partie, l'auteur décrit certains médicaments ayant une action profonde et polyvalente, ce sont les polychrestes. D'autres ont une action plus ciblée, symptomatique, ce sont les remèdes d'action ponctuelle, décrits dans la seconde partie de l'ouvrage.

System : this digital book can only be viewed under the PCKent 2 software. It is NOT a paper book.

 

Price : 25,08 € ex. VAT
 
 

French Digital Book
(Viewable under PCKent only)


FRENCH DESCRIPTION

Table Des Matières
 
acon, alum, apis, arg-n, arn, ars, aur, bar-c, bell, bry, calc, calc-f, calc-p, carb-v, caust, cham, chel, chin, cocc, coloc, cupr, ferr, gels, graph, hep, hydr, ign, iod, kali-bi, kali-c, lach, syph, lyc, med, merc, nat-m, nat-s, nit-ac, nux-v, op, phos, plat, psor, puls, rhus-t, sep, sil, staph, sulph, sul-i, thuj, tub.
aesc, agar, all-c, aloe, ambr, am-c, am-m, anac, ant-c, ant-t, aral, ars-i, arum-t, asaf, berb, cact, canth, caps, carb-an, cimic, cina, cist, con, cresol, croc, cycl, dulc, fl-ac, helon, hyos, ip, iris, kali-br, kali-i, kali-m, kali-n, kali-p, kali-s, lac-c, led, lil-t, mag-c, mag-m, mag-p, mang, merc-c, mez, mur-ac, naja, nat-c, nux-m, ox-ac, pall, petr, ph-ac, phyt, plb, poll, sel, spig, spong, stann, stram, verat, verat-v, zinc.

Avant-propos

Mon cher confrère,
La pratique de l’homéopathie est beaucoup plus simple que vous ne l’imaginez, à condition d’en saisir la logique.
Notre méthode repose en effet sur une loi pharmacologique claire, la Loi des Semblables :
«Toute substance qui, administrée à l’homme en bonne santé, déclenche des symptômes pathologiques devient, après dilution, capable de guérir des symptômes semblables chez un malade.»
Ce principe thérapeutique de portée universelle a été décrit et développé par Hahnemann (1755-1843). Il était connu depuis Hippocrate. A partir de ce moment, il a été abondamment prouvé par l’expérience clinique et les essais en laboratoire. En toxicologie il est connu sous le nom d’Hormésis.
Sa mise en oeuvre au quotidien implique une expérimentation sur l’homme - nous appelons cela une pathogénésie - dont vous devrez mémoriser les détails symptomatiques.
Vous pourrez alors, en raisonnant par similitude, faire coïncider le tableau clinique du malade avec ce tableau pathogénétique.
Vous aurez ainsi diagnostiqué le bon médicament homéopathique du patient, le débarrassant de ses troubles.

Les différentes pathogénésies sont colligées dans des ouvrages spécialisés, nos «Matières médicales».
De prime abord, leur étude paraît ardue, ingrate par le nombre de médicaments et l’énumération de signes innombrables. Les premiers disciples de Hahnemann ne durent guère s’amuser.
Mais au fil du temps le travail de nos prédécesseurs, notre propre expérience ont permis de sélectionner les médicaments les plus utiles, donc les plus couramment prescrits et leurs symptômes les plus fiables.
Ce manuel de Matière médicale vous présentera de manière précise, «ciblée», ces signes essentiels des remèdes essentiels.
Certains d’entre eux ont une action profonde et polyvalente.
Ce sont nos «polychrestes», à connaître à fond.
D’autres ont une action plus ciblée, tissulaire, symptomatique.
Ils sont plutôt «remèdes d’action ponctuelle».
Vous soulagerez encore votre mémoire en comprenant bien l’ordre dans lequel sont présentés les symptômes retenus.
Il existe en effet une «hiérarchisation», allant du signe le plus «signifiant» au moins important :

  1. Les signes étiologiques : à la suite de quoi est-on tombé malade ? Depuis quand ?
    Ce peut être un refroidissement (Aconit), un traumatisme (Arnica), un choc psychologique (Ignatia, Gelsemium), entre autres.
  2. Les symptômes mentaux ou psychiques : indifférence à tout et à tous (Sepia), besoin de consolation (Pulsatilla), prédit l’heure de sa propre mort (Aconit), se considère comme inguérissable (Arsenic).
  3. Les symptômes généraux intéressant à la fois plusieurs régions du corps, voire la totalité.
    Ces douleurs sont-elles constrictives (Platina), comme des échardes (Nitricum acidum, Hepar sulfur), piquantes (Bryonia, Kalium carbonicum), comme par des aiguilles, de feu (Apis), de glace (Agaricus).
  4. Les symptômes locaux, en descendant de la tête aux pieds et en passant par le digestif, le respiratoire, le cardiovasculaire, l’urogénital, la peau, les membres.
  5. Les modalités enfin, très importantes. Ce sont les circonstances dans lesquelles tel symptôme est aggravé ou amélioré. Elles traduisent la réaction individuelle du patient et sont facteurs «d’individualisation» de nos traitements.

Il est des médicaments très aggravés par le froid. Ces grands frileux sont faciles à repérer : Baryta, Hepar sulfur, Silicea, Kalium carbonicum et le plus frileux des frileux, Psorinum.
D’autres, moins nombreux, ne supportent pas la chaleur : Iodum, Lachesis, Sulfur, Apis, Natrum muriaticum.
Rhus toxicodendron, Natrum sulfuricum, Thuya souffrent à l’humidité. Causticum au contraire est soulagé par la pluie.
Nous avons nos rythmes circadiens. Arsenicum est plus mal de minuit à 2 h, Kalium carbonicum de 2 à 3 h. Natrum muriaticum éternue vers 10 h, Sulfur défaille à 11 h. Quant à Lycopodium, immense polychreste, il s’aggrave en fin d’après-midi, de 16 h à 20 h.
Cette analyse sémiologique très spécifique nous permet de saisir le malade dans sa globalité comme dans son détail, dans l’originalité de son individualité et de ses réactions personnelles.
L’homéopathie est la médecine de l’individu. La maladie s’efface derrière le malade.
Polychrestes et médicaments d’action ponctuelle vous permettront de pratiquer une homéopathie de qualité. Mais il importe que vous ayez à l’esprit quelques principes directeurs, non dénués d’importance sans être pourtant les tables de la Loi.
En premier lieu, respectez la règle dite du «trépied de Hering».
Un minimum de trois symptômes caractéristiques en allant du psychique au local.
Tenez compte du tropisme tissulaire du médicament...

Exemple

ALUMINA
Sécheresse et parésies variées

  • Confusion mentale avec incapacité de prendre la moindre décision, mais toujours pressé. Le plus souvent un vieillard ou un adulte prématurément vieilli.
  • Très impressionnable. Ne supporte la vue ni du sang, ni d’un couteau, ni des aiguilles (cf. Silicea). Pulsions meurtrières ou suicidaires.
  • Grande faiblesse avec amaigrissement et atteinte neurologique : vertiges, engourdissements, tremblements, diminution des réflexes, incoordination des mouvements, Romberg.
  • Parésies diverses
    • Paupière supérieure : ptosis (cf. Causticum, Gelsemium, Sepia).
    • Muscles oculaires : strabisme.
    • Rectum : constipation atonique.
    • Vessie : doit pousser pour uriner.
    • Jambes : démarche ébrieuse.
  • Grande et remarquable sécheresse de la peau et des muqueuses.
  • Ne supporte pas les pommes de terre qu’il ne digère pas.
  • Sécheresse de la face qui semble recouverte d’un masque de blanc d’oeuf coagulé (cf. Baryta, Graphites).
  • Sécheresse douloureuse de la gorge avec sensation d’arête qui y serait collée. Laryngopharyngite chronique des orateurs.
  • Mucosités incolores, gluantes et adhérentes obligeant à se racler interminablement la gorge au matin pour éclaircir la voix (cf. Argentum nitricum).
  • Constipation sans besoin. Les selles peuvent être sèches et dures ou molles, argileuses, très adhérentes, toujours difficiles à expulser : doit empoigner le siège à deux mains.
  • Doit pousser fort pour uriner.
  • Règles peu abondantes, de sang clair, épuisantes physiquement et moralement (cf. Cocculus).
  • Leucorrhée aqueuse, corrosive, si abondante «qu’elle ruisselle le long des cuisses».
  • Peau très sèche, jaunâtre, amincie, fissurée et qui ne transpire pas.
  • Peau de la paume des mains, de la plante des pieds épaissie mais crevassée. Aggravation par le froid (cf. Petroleum).
  • Eczéma sec, chronique, très prurigineux, aggravé par la chaleur du lit (cf. Sulfur). Se gratte jusqu’au sang. Prurit anal.

Modalités

Aggravation

  • par le froid,
  • par la pleine lune.

Amélioration

  • par la chaleur.

Latéralité

  • Gauche supérieure.
  • Droite inférieure.

Complémentaires

Aigus
Bryonia, Hydrastis, Causticum.

Chroniques
Psorinum.