0 Item

0,00 € ex. VAT

See Cart / Checkout ->-

 
  PCKENT 2
    PCK2 PURCHASE
    PCK2 YEARLY SUB.
    PCK2 MONTHLY SUB.

  DIGITAL LIBRARY
    A LA RECH. DE LA SPÉCIF.
    DE PSY. À HOMÉO.
    FICHES MAT.MÉD.HOMÉO.
    HOMÉO NOURRISSON
    HOMÉO. BUCCODENTAIRE
    L'ÂME ET L'ESSENCE
    LE COEUR 3X HEUREUX
    MATIÈRE MÉD. BOERICKE
    MAT.MÉD.HOMÉO (GUER)
    MAT.MÉD.HOM. CIBLÉE
    MAT. MED. HOMÉO. VET.
    MATERIA MEDICA VIVA
    PRAT. HOMÉO. PSY. I
    PRAT. HOMÉO. PSY. II
  SYNOPTIC I
    SYNOPTIC II



SYNOPTIC I

Author : Frans VERMEULEN
Translation : Edouard BROUSSALIAN & Jean-Claude RAVALARD

Description : Avec cet ouvrage, Frans Vermeulen a créé une collection de données extrêmement compactes, issue des fiches qu'il préparait pour ses étudiants. 190 remèdes sont ainsi couverts, décrivant les modalités, symptômes principaux, rubriques du répertoire, désirs et aversions alimentaires, ainsi que le noyau de chacun.

System : this digital book can only be viewed under the PCKent 2 software. It is NOT a paper book.

 

Price : 75,25 € ex. VAT
 
 

French Digital Book
(Viewable under PCKent only)


FRENCH DESCRIPTION

Table Des Matières
 
acon, aesc, aeth, agar, all-c, aloe, alum, ambr, am-c, am-m, anac, anh, ant-c, ant-t, apis, aran, arg-m, arg-n, ari-c, arn, ars, ars-i, arum-t, asaf, asar, aur, bar-c, bell, bell-p, berb, bor, bov, brom, bry, bufo, cact, calc-ar, calc, calc-f, calc-p, calc-s, calen, cann-i, cann-s, canth, caps, carb-an, carb-v, carc, caul, caust, cham, chel, chin, cic, cimic, cina, cist, clem, coca, cocc, coff, colch, coloc, con, cor-r, croc, cupr, cycl, dig, dios, dros, dulc, elaps, eup-per, euphr, ferr, ferr-p, fl-ac, gels, glon, graph, grat, guaj, ham, hell, hep, hydr, hyos, hyper, ign, iod, ip, iris, kali-ar, kali-bi, kali-br, kali-c, kali-i, kali-m, kali-p, kali-s, kreos, lac-c, lac-d, lach, lat-m, led, lil-t, lith, lob, lyc, lyss, mag-c, mag-m, mag-p, manc, mand, mang, med, merc-v, mez, mosch, murx, mur-ac, naja, nat-a, nat-c, nat-m, nat-p, nat-s, nit-ac, nux-m, nux-v, olnd, op, orig, ox-ac, pall, petr, ph-ac, phos, phyt, pic-ac, plat, plb, podo, psor, puls, pyrog, rad-br, ran-b, rheum, rhod, rhus-t, rumx, ruta, sabad, sabin, samb, sang, sanic, sars, sec, sel, sep, sil, spig, spong, stann, staph, stict, stram, stront, stry, sulph, sul-ac, symph, syph, tab, tarent, tell, ter, teucr, thea, ther, thuj, tub, urt-u, valer, verat, vib, xan, zinc.

Introduction

Introduction d’Edouard Broussalian

Le Synoptic I représente le fruit d’un travail de traduction qui nous a tenus en haleine durant des années mon ami Jean Claude Ravalard et moi-même.
Frans Vermeulen, devenu depuis notre complice, a le grand mérite d’avoir dépoussiéré la matière médicale en y ajoutant les éclairages de nombreux auteurs modernes. Bien des surprises agréables vous attendent à la lecture de l’ouvrage : jetez un coup d’oeil à Kalium Carbonicum ou bien à China pour comprendre ce que je veux dire !

Ayant déjà adopté le plan de Frans comme modèle à l’Ecole Nationale d’Homoeopathie, nous ne pouvons que recommander chaudement à tous les étudiants l’apprentissage de la matière médicale à l’aide du Synoptic I. D’ailleurs, comme c’est déjà le cas dans les pays anglophones, la plupart des professionnels garderont le livre sous la main pour le consulter sans cesse en tant que référence rapide. Le Synoptic I sera aussi lu avec intérêt par les patients suivis par homoeopathie et désireux de trouver une documentation claire, fiable et concise.

Pour la sélection de rubriques dans le chapitre RÉPERTOIRE nous avons modifié le choix initial de l’auteur, qui a travaillé avec le Complete Repertory de Roger Zandvoort, au profit de la 3ème édition de ma traduction du Répertoire de la Matière Médicale Homoeopathique. Nous avons procédé à une révision critique de certaines rubriques qui nous ont parues discutables tant les répertoires modernes nous paraissent éloignés de l’idéal de Kent qui a préféré établir un choix, quitte à renoncer d’inclure de nombreuses sources peu fiables. Perdant un peu trop vite de vue nos responsabilités de thérapeutes, je crains hélas que la réalisation des répertoires actuels ne soit devenue une entreprise commerciale dont on vante les mérites en fonction de la quantité et non plus de la qualité.

En tout cas, je n’ai pas manqué l’occasion d’incorporer à l’ouvrage les valorisations relatives des médicaments. La notion de valorisation relative que j’ai développée depuis les premières éditions de PcKent me semble essentielle pour saisir les signes les plus caractéristiques d’un remède. Cette valorisation se déduit de la structure même du Répertoire de Kent construit depuis le général vers le particulier : lorsqu’un remède est présent dans une sous rubrique mais absent de la rubrique générale cela lui confère un caractère de valorisation pour le symptôme en question. Les signes relatés comme caractéristiques depuis les débuts de la matière médicale sont en réalité ceux qui possèdent une valorisation relative.

La valorisation relative est affichée selon un degré de 1 à 3, séparée du degré du remède par une virgule. Ces signes importants sont en italique afin d’être repérés d’un coup d’oeil. On trouvera par exemple sous Zincum la rubrique Sursauter, nuit, règles, pendant [1,1/1] qui signifie que Zinc est unique dans la rubrique, au premier degré, mais avec aussi un point de valorisation relative. L’irritabilité le matin au réveil de Lycopodium par exemple se retrouvera dans le texte sous la forme : Irritabilité, matin, réveil, au [3,3], ce symptôme classique présente trois points de valorisation relative, etc.
J’ai apporté des ajouts aux texte de Frans Vermeulen là où il m’a semblé utile de le faire en fonction de ma propre expérience. Ces annotations sont signalées par mes initiales E.B.
Une fois n’est pas coutume, grâce à une traduction que nous espérons la plus fiable possible et à l’apport de nouveaux concepts, cette nouvelle parution permettra au public francophone de prendre une bonne longueur d’avance sur la littérature anglaise...

Introduction de Frans Vermeulen

Composé initialement comme un résumé des remèdes pour les écoles d’Homoeopathie de Finlande et d’Irlande, cette matière médicale est maintenant devenue en grandissant un livre duquel, je l’espère, d’autres pourront aussi tirer profit.
La nécessité de structurer l’immense somme de données homoeopathiques devint évidente pour moi après avoir passé de nombreuses années à essayer de dresser de façon simple et claire les portraits de remèdes pour mes étudiants. Au début, j’étais consterné de voir comme il était difficile de composer un portrait cohérent à partir d’informations fragmentaires ou, pire, contradictoires prises dans la littérature homoeopathique. Avec les années, cependant, les portraits de remèdes que j’ai compilés ont acquis leur propre identité, et maintenant, ce sont presque de vieux amis.

Mais cela ne veut pas dire que les portraits de remèdes pourraient être identifiés à des personnes. On peut exprimer les symptômes d’un remède homoeopathique durant une partie de sa vie, ou même depuis sa naissance, mais cela ne veut pas dire que l’on soit le remède. Les portraits des remèdes représentent un archétype d’une réalité impersonnelle qui se manifeste elle-même à travers les personnes, mais qui n’est en aucune façon identique à eux.

Dans ce livre, j’ai choisi une référence facile plutôt qu’une très longue énumération de symptômes ainsi qu’on le voit habituellement. Aussi, quelques lecteurs peuvent être en désaccord avec l’importance que j’ai attribué à certains symptômes ou à leur classement. Le livre contient la description de plus de 190 remèdes. A côté des polychrestes habituels sont décrits aussi beaucoup de plus petits remèdes.

J’ai résumé les symptômes de façon que les relations entre le tableau mental (M), les généralités (G) et les symptômes physiques (P) paraissent clairement au lecteur. Quoiqu’une charpente aussi rigoureuse comme celle-ci encoure le risque d’être trop rigide, elle présente aussi l’avantage d’une structure de base autour de laquelle d’autres symptômes peuvent être disposés. C’est une des raisons pour lesquelles sont prévues des espaces pour y adjoindre des notes après chaque remède.

Le format suivant est repris pour chaque remède :
Au coin supérieur de chaque page est affiché l’abréviation du remède utilisé dans le Répertoire de Kent.

Les affinités d’organe du remède sont énumérées dans la rubrique RÉGIONS, tandis que l’astérisque * indique le côté du corps comme dans le Répertoire Synthétique. Les relations, prises dans le Synoptic Key de la Matière Médicale de BOGER, y sont ajoutées, elles peuvent être un facteur décisif dans le diagnostic différentiel.

La deuxième partie, MODALITÉS, énumère les améliorations et les aggravations. Elles sont aussi extraites de l’excellent livre de BOGER (hélas, trop rarement utilisé). J’ajouterais que la classification en degré des symptômes de BOGER ne correspond pas toujours avec celle du Répertoire Synthétique. Cependant le rapport des degrés de chacun donne une bonne idée des modalités du remède en question. En général, les modalités au 3° degré peuvent être considérées comme généralités, ce qui s’applique (mais à une moindre mesure) à celles du 2° degré, tandis que, en règle générale, les modalités au premier degré s’appliquent à une amélioration ou à une aggravation d’un symptôme local.

En étudiant les généralités d’un remède, par conséquent, je vous recommande fortement de tenir compte des modalités du deuxième et tout particulièrement du troisième degré. Et encore nous avons une connaissance trop réduite des généralités des plus petits remèdes, puisqu’elles sont classées seulement dans le premier degré. Cependant, l’expérience et une étude soigneuse de l’ensemble nous apprendra lesquels de ces symptômes devront être promus au rang de généralités.

La troisième partie, SYMPTÔMES PRINCIPAUX, mérite une petite explication. J’ai essayé de faire une synthèse des connaissances et informations des homoeopathes d’aujourd’hui et de ceux de l’époque de Kent. Là où cela est nécessaire, j’ai placé le nom de la source après le symptôme. Le fait que certains symptômes soient écrits en lettres capitales ne signifie pas automatiquement qu’ils sont au 3° degré. L’intérêt principal de ces capitales est d’attirer l’attention sur le fait que ces symptômes occupent une place importante dans l’ensemble du portrait du remède. Afin de ménager la vision du lecteur, je me suis abstenu d’abuser des capitales. Ainsi, d’importants symptômes imprimés normalement sont suivis de leur degré.

Comme la sélection du simillimum doit être fondée avant tout sur les symptômes mentaux et les généralités, j’ai porté moins d’attention aux symptômes locaux. Comme, d’un autre côté, les signes mentaux des petits remèdes sont souvent inconnus ou sont trop généraux, j’ai essayé de rendre plus rapide la reconnaissance du portrait en dressant la liste des symptômes locaux de façon aussi complète que possible, c’est à dire, en incluant les concomitants, les modalités et l’étiologie, quand elle est connue. J’ai adopté le même principe dans le cas de polychrestes.

Les Symptômes Principaux sont suivis par les rubriques RÉPERTOIRE issues du Complete Repertory de Roger van Zandvoort.

Les rubriques peuvent servir à une exploration minutieuse du répertoire, mais aussi pour avoir une vue des particularités du remède. En dehors de l’exception des petits remèdes, sont concernés seulement les symptômes au 2° et 3° degré des petites rubriques. Quelques unes sont aussi incluses dans le résumé général des symptômes principaux.

Chaque modalité ou circonstance associée au symptôme avec lequel la rubrique commence est précédé d’une virgule et finit avec le degré. Le nombre après la barre oblique indique le nombre de remèdes de la rubrique (par exemple [2/1] signifie un symptôme au 2° avec seulement un remède dans la rubrique; [3/7] pour un symptôme au 3° avec 7 remèdes dans la rubrique).

Le point-virgule signale des subdivisions du symptôme initial.
Les rubriques répertoriales sont suivies par les aversions, désirs, améliorations et aggravations concernant les ALIMENTS. Elles sont énumérées selon le degré, permettant au lecteur de voir les plus importantes d’un regard.

Chaque présentation de remède se termine avec un résumé de l’ensemble du portrait. J’ai appelé cette partie le NOYAU, et je l’ai établi sur ma propre connaissance et expérience. Cela ne me surprendrait pas, en conséquence, si des lecteurs sélectionnaient d’autres symptômes pour cette partie et insistaient sur un centre de gravité différent pour le remède. Toutes suggestions, ajouts et/ou corrections sont les bienvenues.

J’ai fréquemment utilisé le symbole «&» pour marquer un symptôme concomitant.

Enfin, j’espère que ce livre contribuera à une étude structurée de la matière médicale homoeopathique, et qu’il pourra aider les homoeopathes à trouver le simillimum pour leurs patients...

Exemple

ACONITUM
Aconit napel

RÉGIONS
PSYCHISME. Cerveau. NERFS (sensoriels). COEUR (artères, circulation). Viscères (thorax; abdomen). Articulations. * Côté droit. Côté gauche.

MODALITÉS
Aggravation : Émotions fortes [FRAYEUR; CHOC; contrariété]. Refroidissement [vents secs, FROIDS; en transpirant]. Bruit, musique. Lumière. Dentition. NUIT. Allongé sur le côté atteint. Fumée de tabac. En se redressant dans le lit.
Amélioration : Grand air. Repos. Transpiration chaude.

SYMPTÔMES PRINCIPAUX
M – AGITATION extrême, & peur, PEUR DE LA MORT. S’AGITE SANS CESSE.
M – ATTAQUES de panique / frayeur, peur excessive et inexplicable, & palpitations et sensation de picotement fourmillant partout dans le corps, mais surtout aux extrémités. Souvent après une expérience effrayante, par exemple un accident de voiture dans un tunnel, ou une peur intense, ou après avoir été coincé dans un ascenseur, mais parfois sans lien connu (événement trop éloigné dans le passé).
M – PRESSENTIMENT DE MORT, en prédit l’heure (dans la majorité des cas, l’indication d’Acon. est posée lors de la première ou la deuxième expérience d’une situation effrayante, comme une crise de dyspnée par exemple; la peur de la mort diminuant à mesure des crises que le patient a surmontées, celui-ci finit par ne plus être aussi affolé que les fois précédentes).
M – Peur dans une FOULE, dans des espaces clos (en particulier après une expérience impressionnante).
M – Expression anxieuse, lors d’une maladie.
M – Suites (effets constitutionnels) de peur ou de frayeur (par exemple après avoir été témoin d’un accident). [Symptômes DEPUIS un événement ou une situation particulière – en particulier une peur.]
M – «Avec un grande excitabilité nerveuse, peur de sortir, d’aller dans la foule, d’aller là où il y a de l’agitation ou la foule et de traverser la rue».
M – Peur de la mort pendant la grossesse, en particulier pendant l’accouchement.
G – < NUIT, surtout vers minuit.
G – AFFECTIONS APRÈS exposition au VENT FROID et SEC (vent de nord-est); à un courant d’air; suppression de transpiration; émotions; blessure; interventions chirurgicales; chaleur intense; mauvaises nouvelles; avoir vu la mort de très prés.
G – SOUDAINETÉ et INTENSITÉ des affections, grande violence et peur.
G – Douleurs : BRÛLANTES, internes.
G – Les parties atteintes semblent ENGOURDIES, hypertrophiées; brûlure, PICOTEMENT FOURMILLANT, picotement ou fourmillement.
G – SOIF brûlante. Forte fièvre. Chaleur sèche, brûlante (amélioration en général quand débute la transpiration).
G – Sujets pléthoriques et robustes; désir de compagnie.
G – Les DOULEURS sont INTOLÉRABLES, le rendent fou, avec des cris de douleur.
G – Inflammation (toute localisation), & agitation et peur intense.
P – Visage rouge, chaud, en feu, bouffi; le visage pâlit intensément en se redressant. Ou une joue rouge, l’autre pâle.
P – Pouls dur, rapide, plein.
P – Coryza, faux croup, pneumonie, otite moyenne, pharyngite, ophtalmie, etc. après exposition au vent froid, sec.
P – Premier stade des bronchites, pleurésies et pneumonies avec forte poussée fébrile sans transpiration.
P – Névralgie faciale & rougeur de la moitié douloureuse, picotement (fourmillement) et douleur poussant au désespoir.
P – Rétention d’urine suite de choc (remède principal chez le nouveau-né juste après la naissance).
P – [Remède fréquemment indiqué chez les sujets pléthoriques souffrant d’HTA. E.B.]

RÉPERTOIRE
PSYCHISME : Anxiété, céphalée, avec [2], compagnie, en [2], douleurs, suite de [2], foule, dans la [2], marchant, agg en [1]. Clairvoyance [1]. Illusions, mourir, il va [3]. Lumière, désire la [2]. Mort, pensées de [3]. Peur, claustrophobie [1], étouffer, d’ [3], mort, de la, accouchement, pendant [3/3].
 
VERTIGE : Assis, amél [2]. Frayeur, suite de [2/3]. Marchant, amél [2].
 
TÊTE : Congestion, anxiété, avec [2/3], soleil, suite d’exposition au [2]. Douleur, confusion, perdait ses sens ou devenait fou, comme si [2], coryza, suppression de, suite de [2], frayeur, après [3,2], miction, abondante, amél [2]. Fourmillement, chaleur, amél [2/1].
 
YEUX : Inflammation, aiguë, traumatisme, après [2], temps, vent, froid et sec [3/1]. Rougeur, traumatismes, après [3].
 
NEZ : Coryza, croup, dans le [2].
 
VISAGE : Coloration, jaune, ictère, rage, pendant un accès de [2], pale, redressant, en se [2], rouge, allongé, devient pâle en se levant [2], unilatérale, un côté rouge, l’autre pâle [2]. Douleur, temps, vent, agg, froid et sec [3,3]. Expression, effrayée [3]. Picotement fourmillant, lèvres [2].
 
BOUCHE : Engourdissement [2].
 
DENTS : Douleur, droite, à gauche [3,3].
 
ESTOMAC : Désir, alcoolisées, de boissons [1], bière [3,2], brandy [1], vin [2], whisky [1], froids, boissons froides [3].
 
RECTUM : Diarrhée, air, courants d’ [2], surexcitation, suite d’ [1].
 
VESSIE : Miction, involontaire, soif et peur, avec [3/1]. Rétention, enfants, chez les, froid, à chaque fois que l’enfant attrape [3], froid, après avoir pris [2], nouveaux-nés, chez les [3].
 
GÉNITAUX FÉMININS : Avortement, frayeur, suite de [2]. Règles, suppression des, frayeur, suite de [2].
 
LARYNX : Voix, aphonie, frayeur, suite de [2/3].
 
RESPIRATION : Asthme, émotions, après [2].
 
THORAX : Eau, bouillante était versée dans le thorax, comme si [3,3/1], brûlante [3,3/3]. Palpitations cardiaques, frayeur, après [3].
 
MEMBRES : Engourdissement, mbres sup, gauche, cardiaques, dans les affections [3].
 
TRANSPIRATION : Abondante, diarrhée et urine abondante, avec [2/1]. Diarrhée, avec [2].
 
GÉNÉRALITÉS: Aliments, beurre, agg [1], bière, agg [1], café, amél [1], chauds, aliments, agg [1], froides, boissons, amél [1], fruits, agg [1], gras, agg [1], sucreries, agg [1], viande, agg, porc, agg [1,1], vin, agg [1], amél [2].

ALIMENTS
Aversion : Tabac [1]
Désir : Bière [3]; boissons froides [3]; vin [2]; alcool [1]; boissons amères [1]; brandy [1]; whisky [1].
Aggravation : Vin [2]; graisses [2]; bière [1]; beurre [1]; fruit [1]; aliments brûlants [1]; porc [1]; sucreries [1]; aliments chauds [1].
Amélioration : Vin [3]; café [1]; boissons froides [1].

NOYAU
1. Affections soudaines, violentes ou douloureuses.
2. Peur intense (de mourir) et nervosité avec agitation, & picotement fourmillant, engourdissement, fourmillement, rougeur et / ou palpitations.
3. < Nuit, minuit.
4. Affections suite d’exposition au vent froid et sec (affections aiguës et inflammatoires) ou après frayeur, choc ou peur (récente ou passée – effets constitutionnels).
5. Brûlures.