15 Articles

  • HOMÉO NOURRISSON

19,23 € HT

Voir Panier / Régler ->-

 
  PCKENT 2
    PCK2 ACHAT
    PCK2 ABO. ANNUEL
    PCK2 ABO. MENSUEL

  LIBRAIRIE NUMÉRIQUE
    A LA RECH. DE LA SPÉCIF.
    DE PSY. À HOMÉO.
    FICHES MAT.MÉD.HOMÉO.
    HOMÉO NOURRISSON
    HOMÉO. BUCCODENTAIRE
    L'ÂME ET L'ESSENCE
    LE COEUR 3X HEUREUX
    MATIÈRE MÉD. BOERICKE
    MAT.MÉD.HOMÉO (GUER)
    MAT.MÉD.HOM. CIBLÉE
    MAT. MED. HOMÉO. VET.
    MATERIA MEDICA VIVA
    PRAT. HOMÉO. PSY. I
    PRAT. HOMÉO. PSY. II
    SYNOPTIC I
    SYNOPTIC II

DOCTRINE ET TRAITEMENT HOMOEOPATHIQUE DES
MALADIES CHRONIQUES

Auteur : Samuel HAHNEMANN

Description : Le Traité des maladies chroniques est, de tous les ouvrages de Hahnemann, celui auquel il attachait le plus d'importance. Il a consacré les dernières années de sa vie à la composition de ce livre. Dans la seconde édition de cette oeuvre, présentée en trois tomes, la description de 47 substances forment le complément pratique et indispensable de l'Organon du même auteur.

Système : Ouvrage numérique, disponible uniquement dans le cadre de l'utilisation de PCKent 2, sous Windows XP et suivants,
ou émulateur Windows sur Mac.

 

Tarif : Gratuit (Intégré à PCKent 2)  
 
 



DESCRIPTION COMPLÈTE

Préface

Depuis la dernière fois que j'ai entretenu le public de notre art, j'ai eu occasion de faire des expériences sur la meilleure manière d'administrer les doses aux malades, et je vais dire ici ce qui m'a paru le plus convenable sous ce rapport.

Lorsqu'on met sur la langue un petit globule sec, imprégné d'une des plus hautes dynamisations d'un médicament, ou qu'on flaire doucement un flacon contenant un de ces globules, ce qui est la plus faible dose qu'on puisse employer, et celle dont l'action dure le moins longtemps, quoiqu'il se rencontre encore des personnes assez impressionnables pour en être vivement affectées dans les petites maladies aiguës contre lesquelles le remède a été choisi homœopathiquement, on reconnaît sans peine que l'incroyable diversité des individus, sous le rapport de l'irritabilité, de l'âge, du développement, des facultés physiques et morales, du genre de vie, et surtout de la nature de la maladie, tantôt naturelle, simple et récente, tantôt naturelle et simple, mais ancienne; ici compliquée par la réunion de plusieurs miasmes, là altérée par un mauvais traitement médical et surchargée de symptômes dus aux médicaments, apporte nécessairement de très grandes différences dans le traitement, et par suite aussi dans le choix des doses.

Je n'examinerai ici que ce dernier point, les autres devant être abandonnés à la sagacité du médecin, et ne pouvant être réduits en tableaux pour l'usage de ceux qui n'ont pas la tête assez forte, ou qui agissent avec négligence.

L'expérience m'a montré, et certes elle a fait de même pour tous ceux qui marchent fidèlement sur mes traces, que, dans les maladies d'une certaine importance, sans excepter même les plus aiguës, et à plus forte raison dans les maladies chroniques, le mieux est d'employer les globules homœopathiques sous forme de dissolution, dans sept à vingt cuillerées d'eau, sans nulle addition, et d'administrer la liqueur par doses fractionnées au malade, c'est-à-dire d'en faire prendre une cuillerée à bouche toutes les six, quatre ou deux heures, même toutes les demi-heures si le danger est pressant, et de réduire cette dose de moitié ou plus chez les sujets débiles et les enfants.

Dans les maladies chroniques, j'ai trouvé que le mieux était de faire prendre les doses de cette dissolution (par exemple une cuillerée) à des intervalles qui ne dépassent point deux jours, et communément de les administrer tous les jours...

 

EXEMPLE

AGARICUS MUSCARIUS

Ce champignon, d'odeur fétide, a un chapeau écarlate, parsemé de verrues blanchâtres. On en prend, quand il a été séché avec soin, un grain, ou, s'il est encore frais, deux grains, qu'on triture pendant trois heures, à la manière ordinaire, avec du sucre de lait, après quoi on dissout la poudre, et l'on dynamise la liqueur jusqu'à X (= 30e), en lui imprimant chaque fois deux secousses.

Apelt l'a trouvé utile contre les douleurs ostéocopes de la mâchoire supérieure et des dents, les douleurs profondes des os des membres inférieurs, les éruptions pruriteuses, miliaires et serrées, et l'abattement à la suite du coït.
Whistling a guéri, avec son secours, des convulsions et des tremblements, et J. C. Bernhardt quelques espèces d'épilepsies.
Woost a vu les effets de fortes doses durer jusqu'à sept ou huit semaines.

Le camphre est le principal antidote, même quand la maladie produite par l'Agaricus muscarius a pris le caractère chronique.

  Abattement.
  Découragement.
  Inquiétude, comme si l'on s'attendait à quelque chose de désagréable.
  Agitation physique et morale (au bout d'une demi-heure).
5. Esprit agité et inquiet : le sujet n'est occupé que de lui-même, de son présent et de son avenir.
  Il n'est pas disposé à parler, quoique n'étant pas de mauvaise humeur.
  Il se contraint pour parler, mais ne répond qu'en peu de mots, quoique d'ailleurs de bonne humeur.
  Il lui semble ne pas pouvoir trouver les mots pour parler.
  Point de désir de parler, avec mauvaise humeur, et point de goût pour le travail.
10. Disposition à la mauvaise humeur.
  Promptitude à se fâcher; grande irritabilité.
  Mauvaise humeur et indifférence.
  La personne qui, auparavant, faisait grande attention à tout, est maintenant tout à fait indifférente.
  Indifférence, concentration en soi-même, répugnance pour toute espèce d'occupation.
15. Nul goût pour le travail.

...
 

DTHMC